La valse des entraîneurs

Par
Mise à jour le: décembre 27, 2018
(Crédit photo: Commons/Wiki)

Texte par Daniel Marier

C’est le temps des fêtes. Ok, ces jours-ci, il pleut abondamment et cela ressemble davantage à l’automne qu’à l’hiver. De plus en plus, un Noel blanc devient un mythe ou presque dans le sud du Québec. Rappelons-nous des Noel blancs de notre enfance. On rentrait dans la maison pour la soirée du Réveillon après avoir joué dehors toute la journée. On se préparait pour un repas festif accompagné de boisson, de musique et de danse. Ces souvenirs sont presque autant loin que le neige un 25 décembre. Pourtant, cela a vraiment existé. Pourquoi je vous parle de danse et de traditions des fêtes dans un article de sports??? Je veux vous parler dans cet article d’une autre danse traditionnelle qui est de retour dans la ligue nationale de hockey : La Valse des entraîneurs…

En effet, lors de la saison 2017-2018, il n’y a pas eu de congédiements d’entraîneurs durant la saison régulière. Cette année, à l’aube de s’arrêter quelques jours pour se reposer et de se retrouver en famille et entre amis, la LNH a déjà vécu 5 congédiements. Les Kings ont congédié John Stevens pour le remplacer par Willie Desjardins, dit le pinch de Tom Selleck. Les Black Hawks ont congédié leur entraîneur légendaire Joel Quenneville pour le remplacer par Jérémy Colliton, bien connu de ses parents. Ken Hitchcock (oui oui, celui qui avait annoncé sa retraite chez les Blues pour laisser sa place à Mike Yeo) a été embauché par les Oilers d’Edmonton à la place de Todd Mclellan. Je vous parlais de Yeo plutôt. Lui aussi, il fut congédié pour être remplacé par Craig Bérubé chez les Blues de St-Louis.

Finalement, dans un roman savon digne des réseaux sociaux, les Flyers ont congédié leur DG Ron Hextall car ce dernier refusait de congédier Dave Hakstol, l’entraîneur. Un nouveau DG, une confusion totale dans les réseaux sociaux (coach remercié et remplacé par Quenneville, coach toujours en poste, coach qui parle pas). Finalement, Hakstol fut congédié et remplacé par Scott Gordon. Un vrai roman savon digne des Feux de l’Amour (voir TVA en PM).

Intérimaire sera très occupé. Absolument, Colliton (Chicago), Bérubé (St-Louis) et Gordon (Philadelphie) ont été embauché sur une base intérimaire. Les clubs veulent réévaluer le statut d’entraîneurs à la fin de la saison. C’est quand même surprenant quand, après avoir congédié un entraîneur avant la mi-saison, il est remplacé par une personne sur une base intérimaire. Cela lance, à mon humble avis, que les dirigeants ont fait une croix sur la présente saison. Les joueurs voudront-ils renverser la vapeur et se défoncer pour un entraîneur intérimaire qui aura quitté au printemps….. L’équipe aurait alors un 3e entraîneur en une année. Coudonc, suis-je un centre ou ailier? Dois-je patiner nord-sud ou est-ouest??? La confusion régnera….

Je vous parlais de valse des entraîneurs. C’est une valse plutôt intime en fait. Je m’explique. En plus de changer rapidement d’entraîneurs, on est écologique. On recycle. On réutilise les mêmes entraîneurs-chef. Voici…. Ken Hitchcock entraînera sa 5e équipe dans la province des sables bitumineux, après les Blues, les Flyers, les Stars et les Blue Jackets. Yeo a coaché le Wild et les Blues. Bérubé a déjà été entraîneur des Flyers. McLellan a dirigé les Sharks et les Oilers. Quenneville, qui reviendra sous peu dans la grande ligue, a dirigé les Blues, l’Avalanche et les Hawks. On est encore du record d’Iron Mike Keenan qui a dirigé 8 équipes dans la LNH, en plus d’une équipe dans le junior en Ontario, dans la ligue américaine et dans la KHL. Finalement, parlant de la valse, je crois que les partenaires effectuent cette danse en portant des bottes « à cap ». C’est clair qu’il se marche sur les pieds dans une chorégraphie plus ou moins élégante.

J’ai fouillé les statistiques des 31 entraîneurs-chef de la LNH. Voici quelques stats intéressantes :

La longévité moyenne actuelle d’un entraîneur dans la LNH est de 722 jours (1.98 ans). Le plus long règne en cours est celui de Jon premier (Cooper) chez le Lightning qui est en poste depuis 2013. 5e saison à la tête de son équipe.

Parmi tous les entraineurs-chef, 14 obtiennent une première chance dans la LNH. Les 17 autres sont des transfuges.

Incluant les 5 congédiements en cours de la présente saison, 11 entraîneurs-chef ont moins d’une année d’expérience dans leur poste actuel. Cela représente 35% de tous les entraîneurs-chef.

Parmi tous les entraîneurs, trois ont (ou font présentement) un second séjour à la tête d’une équipe les ayant déjà congédié. Maurice a dirigé deux fois les Hurricanes. Julien et Carlyle font actuellement leur second passage chez le CH et les Canards.

Maurice et Hitchcock dirige un 5e club. Tortorella, Julien et Laviolette effectuent un 4e contrat à la tête d’un club de la LNH.

Donc, on peut tirer une conclusion rapide et évidente. Les entraîneurs sont les premiers congédiés dans un club de la LNH. On n’est pas patient. On ne laisse pas la culture d’un gestionnaire s’instaurer. Pourtant dans le football et le baseball, des entraîneurs demeurent beaucoup plus longtemps en poste.

En conclusion, qui seront les prochains entraîneurs-chef expulsés de leur club? Prédiction????? Boudreau au Minnesota est mon choix 1. Ensuite, je pense DeBoer chez les Sharks.

Et vous qu’en pensez-vous?

Joyeuses Valses des Fêtes.

 

You must be logged in to post a comment Login

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.