Le Forum Hockey

Le Hockey à son meilleur!

Dave Morissette me parle de sa spiritualité, de la façon dont sa pratique influence sa prise de décision quotidienne et de l'importance qu'il accorde pour la famille dans sa vie.
(Crédit photo: Fleur-Ange Grisé/LeForumHockey.com)

Dave Morissette me parle de sa spiritualité, de la façon dont sa pratique influence sa prise de décision quotidienne et de l’importance qu’il accorde pour la famille dans sa vie.

C’est par une journée pluvieuse que Dave arrive sur notre lieu de rencontre. Dès qu’il entre dans la pièce, on sent une énergie positive s’y répandre. On ressent tout de suite que le devoir de cet homme se résume bien au-delà de celui d’animateur de sport. En effet, en plus d’accumuler les trophées Artis, il fait depuis déjà 3 ans, à chaque été, un pèlerinage vers Compostelle.

Crédit photo: Dave Morrissette/ Instagram

Ce genre de voyage semble une nécessité pour lui, étant très occupé tant au travail que sur le plan familial. « Au bout d’un an, je ressens un besoin d’être seul. De prendre trois semaines pour décrocher complètement, ça fait vraiment du bien ». Il me mentionne également que la première année qu’il est allé faire ce pèlerinage, les trois premiers jours, il ne voulait pas être en compagnie d’autres personnes. C’est ensuite qu’il a ressenti le besoin d’être entouré. Il s’est alors retrouvé à faire de la nourriture pour des pèlerins rencontrés lors de son périple. « J’y ai rencontré des gens qui vivaient des séparations, des deuils, mais pour moi il est juste question de me retrouver. Maintenant, je sais exactement qui est Dave Morissette et pourquoi il fait ce chemin. »

Évidemment que ces pèlerinages l’influencent dans sa vie de tous les jours. Un voyage d’une telle importance spirituelle ne peut que le rendre meilleur. « Je reviens beaucoup plus humble et simple dans mes décisions. Compostelle c’est la simplicité, l’humilité, le partage. Sur le chemin, tout le monde est pareil, peu importe combien d’argent tu possèdes ou qui tu es. » Il raconte que ce genre de ressourcement fait réaliser que le vrai bonheur, ce n’est pas de dépenser 200$ au restaurant ou de s’acheter un gros bateau, mais bien d’être entouré de ceux que l’ont aime.

Cette activité semble assez répandue auprès des croyants. Selon le site Les Chemins Vers Compostelle1 les gens qui s’y présentent avec des motivations religieuses composent 44% des voyageurs. On note 48% des voyageurs qui ont des motivations religieuses et culturelles et un maigre 8% des gens pour qui leurs motivations sont uniquement culturelles. On peut également noter que ce sont en majorité des hommes qui pratiquent ce genre de voyage.

Un conseil ? Dave me mentionne que l’important, c’est de ne pas arriver là bas avec une idée précise. « Des miracles y sont arrivés, des vies y ont été changées, c’est ça qui fait la beauté de Compostelle. Il faut laisser le chemin nous parler ! »

Crédit photo: Dave Morrissette/ Instagram

Enfin arrivé à la fin, après deux semaines de vélo et plus de 800 km de parcourus. Son parcours prend fin à St-Jean-Pied-de-Port.

Un livre qui change une vie

Crédit photo: Fleur-Ange Grisé/LeForumHockey.com

Cet ancien dur à cuir des Canadiens de Montréal me raconte alors, qu’un moment tournant dans sa vie a été en 2007, lors d’un voyage à Cuba avec la famille. Il a alors lu le livre « Le Moine qui vendit sa Ferrari ». Cet ouvrage a eu un gros impact sur sa vie et lui a permis de s’accrocher à quelque chose. C’est arrivé dans un moment où Dave avait plusieurs restaurants et qu’il avait commencé dans les médias. Il ne savait pas quel chemin prendre. Ce livre lui a donc donné les étapes à suivre et il les a suivies. C’est ensuite qu’il a choisi le chemin des médias. « Je le feuilletais aujourd’hui et j’ai retrouvé plein de choses que j’avais écrites. C’était des choses que je voulais réaliser et elles sont toutes arrivées. »

En effet, ce livre de développement personnel est écrit par Robin Sharma, qui, ancien avocat, a écrit de nombreux ouvrages de la sorte. Il nous raconte l’histoire de Julian Mantle, qui est avocat et qui vit une vie hyperactive et stressée. Il est alors atteint, en pleine audience, par une crise cardiaque. Cet événement lui permet de remettre sa vie en question. Il décide alors d’abandonner sa vie du passé pour entreprendre un voyage en Inde et Himalaya pour rencontrer des sages. Grand amateur de livre de ce genre, Dave me mentionne que lorsqu’il lit un livre, c’est parce que celui-ci lui apportera quelque chose. « C’est toujours bon de se remettre en question et de se demander si on va dans la bonne voie, si on est heureux et si les gens autour de nous le sont. C’est très important. »

L’ouvrage en question écrit par Robin Sharma. On peut y constater le vécu et l’usure du livre.
Crédit photo: Fleur-Ange Grisé/LeForumHockey.com

La famille, une base

C’est alors, lorsque je lui parle de sa famille que l’ont peut ressentir l’importance que celle-ci a pour lui. Ayant du quitter le foyer familial à 13 ans et vécu la séparation de ses parents à un jeune âge, il estime vouloir construire ce qu’il n’a pas eu la chance d’avoir. Père de deux garçons, ce rôle, il le prend très au sérieux. « Une vie de père de famille c’est ça aussi, s’occuper des gens qui sont autour de toi, de penser en fonction des autres. »

La famille pour lui, c’est primordial, car celle-ci sera toujours là, peu importe ce qui arrive. « Quand j’ai décidé d’avoir des enfants, j’ai décidé par le fait même d’avoir mon clan et que ce serait la chose la plus importante. »

C’est ainsi que se termine notre rencontre remplie d’authenticité. Malgré toute sa popularité et son succès, il reste une personne vraie qui croit au pouvoir de la famille. « En famille, c’est simple, il faut juste s’aimer. Évidemment c’est plus facile à dire qu’à faire, mais ça vaut vraiment la peine d’essayer. »

À ne pas manquer

Cet été Dave a fait le chemin de Compostelle en compagnie de ses deux fils et de son père. C’est plus de 800 kilomètres de vélo qu’ils ont parcourus tous ensemble. Une aventure forte en émotions à ne pas manquer!

Dave Morissette : Arrêter le temps

Le 3 octobre 2018 à 21h sur les ondes de MOI&CIE