Le Forum Hockey

Le Hockey à son meilleur!

RIMOUSKI, QUEBEC- C’est dimanche le 15 octobre qu’avait lieu la deuxième manche de la bataille du St-Laurent. Pour ce duel, les Remparts faisaient face à leurs rivaux de toujours, l’Océanic. C’est les locaux qui l’ont emporté, par la marque de 6 à 2.

Texte par Marie-Pier Cyr, Chroniqueuse

RIMOUSKI, QUEBEC- C’est dimanche le 15 octobre qu’avait lieu la deuxième manche de la bataille du St-Laurent. Pour ce duel, les Remparts faisaient face à leurs rivaux de toujours, l’Océanic. C’est les locaux qui l’ont emporté, par la marque de 6 à 2.

L’animosité entre les deux bancs était palpable, de même que dans les gradins, puisque certains partisans des Remparts avaient fait le voyage. Dès les premiers instants, l’Océanic a écopé de trois pénalités rapides. Heureusement pour les locaux, Colton Ellis a fait preuve d’un calme olympien devant le filet. La frustration a rapidement montée chez les deux équipes, qui enchaînaient les coups, les mises en échec et les pénalités. Carson Mackinnon a marqué alors qu’il était seul face au gardien des Remparts, Dereck Baribeau. Quelques minutes plus tard, les Remparts ont répliqué. L’ambiance sur la glace était de plus en plus tendue. Lors d’une mise en échec, la baie vitrée a éclaté, sous le joueur de l’Océanic, qui y était propulsé. Les deux équipes ont retraité au vestiaire, avec 17 minutes d’écouler en première période. Les minutes restantes ont été disputées au retour de l’entracte.

La pause fut bénéfique aux locaux, puisque Mathieu Bizier a marqué un but, alors que le tableau indicateur affichait moins de deux minutes. La première période a pris fin avec un pointage de 2 à 1. Les deux équipes ont eu droit à un deux minutes de pause, avant de lancer le second engagement. Ce dernier a débuté en force pour les locaux. Le capitaine a inscrit son premier but en saison, donnant une avance de deux buts aux siens. Québec n’a pas tardé à riposter, ramenant l’écart à un but. Les réjouissances furent de courte durée, car Alexis Lafrenière a marqué moins d’une minute plus tard. C’est sur le pointage de 4-2 que l’Océanic a retraité au vestiaire.

La troisième période fut beaucoup plus douce que les deux premières. Les coups étaient rares et les deux équipes se concentrait beaucoup plus sur le côté hockey. Il a fallu attendre vers la mi-période pour qu’une des deux équipes marque. Ce sont les hommes de Serge Beausoleil qui ont enfilé un cinquième filet. Quelques minutes plus tard, Chase Stewart en a inscrit un sixième. C’est sur ce pointage que l’Océanic l’a emporté.

Dans le vestiaire

Philippe Boucher n’a pas mâché ses mots. « Je n’ai pas envie de lancer la pierre à personne. On a donné ce qu’on avait. Nous sommes dans la séquence la plus difficile de notre calendrier. Aujourd’hui, ça nous a rattrapé » a-t-il expliqué. La rivalité est toujours présente entre les deux équipes. « Serge voulait la relancer, il leur a donné du Red Bull avant la rencontre, même si c’est illégal. C’est un classique quand Serge ça lui tente. Je n’ai pas de problème avec ça. Il protège un jeune qu’il n’aurait pas dû avoir avec des joueurs qui n’auraient pas dû être dans la ligue. Ça va lui faire de bonnes cuisses à la fin de l’année. Il est debout sur le banc à chaque fois qu’il se fait toucher. Je suis content que Lafrenière soit dans notre division, ça fait un bon spectacle. J’ai des 16 ans qui se font frapper moi aussi et je ne me lève pas debout à chaque fois » s’est-il contenté de dire.

Du côté de Serge Beausoleil, c’est abordé d’une tout autre tangente. « Les gars ont bien répondu. On sait qu’on ne veut pas accumuler des défaites consécutives. Au début du match, nous avons pris de mauvaises pénalités. Les gars ont fait preuve de beaucoup de résilience ce soir et de

caractère », a expliqué l’entraîneur-chef. « Dans un match contre Québec, on en veut des émotions. La plupart des pénalités ont bien été appelées en première. C’est certain que ça fait lever le building. J’aurais aimé qu’il y ait un appel sur le bâton élevé. Pour le reste, c’était à nous de contrôler ces gestes-là » a-t-il ajouté. Qu’avait-il à répondre à Philippe Boucher, lorsque ce dernier a mentionné l’usage du Red Bull? « Quand un gars saute dans le dos d’un joueur comme c’est arrivé, personnellement, nous ne donnerons pas de tape dans le dos à un gars qui fait ça. Moi je n’ai pas donné de tape dans le dos au gars qui est sorti et je ne crois pas que ce soit Phil qui l’ait donné, mais il y a quelqu’un l’autre bord qui l’a fait quand notre joueur s’est fait arracher la face dans la bande » a-t-il renchéri