Le Forum Hockey

Le Hockey à son meilleur!

RIMOUSKI- C'est mardi le 5 janvier que l'Océanic recevait le Titan d'Acadie-Bathurst. Serge Beausoleil occupait son plein poste de directeur général, laissant Éric Dubois diriger l’équipe. Le Titan a signé une victoire écrasante, par la marque de 7 à 1.
(Crédit photo : Stéphane Fournier | Océanic de Rimouski)

Texte par Marie-Pier Cyr, Chroniqueuse Hockey Junior

RIMOUSKI- C’est mardi le 5 janvier que l’Océanic recevait le Titan d’Acadie-Bathurst. Serge Beausoleil occupait son plein poste de directeur général, laissant Éric Dubois diriger l’équipe. Le Titan a signé une victoire écrasante, par la marque de 7 à 1.

Ce n’est pas le Titan des dernières saisons qui se sont amenés au Colisée. C’est les visiteurs qui ont eu le plein contrôle du premier vingt, autant au chapitre des tirs au but qu’au pointage. Après vingt minutes, le Titan détenait une avance de 1-0 grâce à un but de Félix Boivin.

Le deuxième vingt fut plus haut en couleur. Le Titan a marqué, avec 1 min 5 s de jouer.  C’est Mark Simpson qui fut l’auteur du but. L’Océanic n’a pas tardé à répliquer, avec un but de Carson Mackinnon. Cependant, les visiteurs n’ont pas laissé les locaux s’approcher d’eux aussi rapidement. Les hommes de Mario Pouliot ont inscrit deux buts sans riposte, portant la marque à 4-1.  Vladimir Kuznetsov et Daniil Miromanov ont été crédité des buts. Le Titan rentrait donc au vestiaire en avance de trois buts.

Le troisième vingt a débuté, puis Jeffrey Truchon-Viel a eu droit à un tir de pénalité. Il a marqué facilement, avant d’en ajouter un autre quelques minutes plus tard. Ç’a été alors la fin pour Louis-Phlip Guindon, qui a été remplacé par le jeune gardien de 17 ans, Charles-Antoine Poirier-Turcot. La marque était de 6-1 avec un peu moins de quinze minutes à jouer en troisième. Rien n’allait pour Rimouski. Avec six minutes neuf secondes à faire à la partie, Christophe Boivin en a ajouté un septième pour le Titan.

Dans le vestiaire

Serge Beausoleil était sans mots. « Disgrâce. Je suis désolé pour les 3 000 spectateurs qui étaient là. C’est une disgrâce. Éric Dubois se dés-âme corps et âme pour aider les gars à les soutenir, à les aider, à leur donner toutes les informations pour étudier la partie, les meilleurs joueurs. Il a une opportunité d’être entraîneur-chef ce soir. Dieu sait qu’il est compétent pour le faire, et les gars lui joue une partie comme ça! Je suis totalement désolé pour lui. » donne-t-il comme premier commentaire. « Ça ne rentre pas dans nos standards, surtout le côté d’ardeur au jeu. Ils n’ont pas travaillé aujourd’hui, ils vont travailler demain. On va s’en rappeler. Ce n’est pas acceptable pour nous. Ce n’est pas une question d’âge, c’est du premier au dernier. Nos deux meilleurs éléments ce soir sont Grisé et Mackinnon, des gars de 16 et 17 ans. Il y en a un qui a quatre parties de disputées. Ce n’est pas acceptable ce qui est arrivé ce soir, on ne cherchera pas de coupable. » ajoute-t-il. Est-ce que les rumeurs de transactions ont pu ébranler certains des meilleurs éléments du club? « Bien franchement, si tu n’es pas capable de vivre avec les rumeurs de transactions, tu ne peux pas jouer au hockey, comme je ne peux pas être entraîneur-chef si je ne suis pas apte à assumer les critiques quand tu diriges une équipe de hockey. Un politicien ne va pas en politique s’il n’est pas capable d’assumer non plus. Change de job, joue aux dominos et ça va bien aller. Arrêtons de couver nos jeunes. Nous voulons que ce soit des jeunes responsables, on veut que ce soit des personnes qui se donnent. Il se peut un mauvais match et nous ne cherchons pas de

coupable, mais n’essayons pas de les excuser. » conclu-t-il.