Le Forum Hockey

Le Hockey à son meilleur!

RIMOUSKI- Ce sont deux matchs en moins de 24 heures que disputait l'Océanic, vendredi et samedi les 27 et 28 novembre dernier. Les adversaires de la fin de semaine: le Drakkar de Baie-Comeau. C'est une fin de semaine haute en émotions qui attendait les Rimouskois, qui l'ont emporté 2-1 en tirs de barrage vendredi et 5-3 samedi.
(Crédit photo : Stéphane Fournier | Océanic de Rimouski)

Texte par Marie-Pier Cyr, Chroniqueuse hockey junior

RIMOUSKI- Ce sont deux matchs en moins de 24 heures que disputait l’Océanic, vendredi et samedi les 27 et 28 novembre dernier. Les adversaires de la fin de semaine: le Drakkar de Baie-Comeau. C’est une fin de semaine haute en émotions qui attendait les Rimouskois, qui l’ont emporté 2-1 en tirs de barrage vendredi et 5-3 samedi. 

 

Le match de vendredi a été lourd côté émotion. Michael Joly, l’attaquant de vingt ans, disputait une dernière partie dans l’uniforme de l’Océanic. Après trois ans et demi avec la formation, tous étaient très émotifs de voir le joueur qui les avait menés à la conquête de la Coupe du Président partir vers Cap-Breton. C’est après une courte cérémonie que les joueurs ont disputé cette partie.

 

La première période a été celle du Drakkar, qui a profité d’un avantage numérique pour marquer. C’est Matteo Pietroniro qui a compté, aidé de Nicolas Leblond et de Vincent Lavoie. Les visiteurs sont rentrés au vestiaire en avance après vingt minutes.

 

La deuxième période a été à l’avantage des Rimouskois, qui ont marqué à cinq contre cinq. C’est Samuel Laberge qui a été crédité du but, sans aide. La période se déroulait rapidement, alors que les deux équipes faisaient preuve d’une bonne discipline. Retour à la case départ après quarante minutes de jeu.

 

La troisième période n’a pas été concluante et on a dû avoir recours à la prolongation. Cette dernière s’est déroulée rapidement. C’était toujours l’impasse après cinq minutes supplémentaires. Pas d’autre choix que d’aller en fusillade.

 

Les tirs de barrage ont été de courte durée. Il n’a fallu que les trois rondes réglementaires pour trancher le débat. Et qui a été le héros du jour? C’est Michael Joly qui a donné la victoire aux siens, célébrant ainsi son passage à Rimouski. Un scénario digne d’un film hollywoodien. Un hommage attendait le 88 de l’Océanic, qui était entouré de ses coéquipiers. Ce sont des jeunes hommes en larmes qui ont regardé l’hommage présenté à cet attaquant d’exception.

 

L’équipe de Serge Beausoleil disposait de peu de temps pour se remettre des événements de la veille. Ce sont des joueurs prêts qui attendaient les hommes de Marco Pietroniro. Il a fallu attendre un peu plus que la mi-période pour voir de l’action. C’est Rimouski qui a ouvert la marque, en avantage numérique. Charles-Édouard D’Astous a été l’auteur du but, aidé de Samuel Laberge et Hunter Moreau. Moins d’une minute plus tard, Baie-Comeau a répliqué, eux aussi en avantage numérique. Vaclav Karabacek a marqué, aidé de Mathieu Desautels et de Tobie Paquette-Bisson. Après vingt minutes de jeu, les deux formations étaient à égalité.

 

La deuxième période a été à la hauteur d’un duel Drakkar-Océanic. Le jeu était robuste et personne ne se laissait marcher sur les pieds. C’est l’Océanic qui a marqué en premier. Antoine Dufort-Plante a été aidé de Dylan Montcalm sur la séquence. Les locaux n’ont pas profité de l’avance longtemps. Nicolas Meloche a compté, aidé de Fabrizio Ricci et Matt Jones. C’était toujours l’égalité après quarante minutes.

 

L’attaque de l’Océanic a explosé en troisième. Louis-Philippe Guindon est venu prendre la relève du jeune Gabriel Morency. C’est Baie-Comeau qui a marqué en premier. Fabrizio Ricci a été crédité du but. Samuel Beck a marqué pour égaliser de nouveau. Antoine Dufort-Plante a compté en avantage numérique. Tyler Boland a complété le tout, portant la marque à 5-3. Victoire des locaux, pour la seconde fois en moins de 24 heures.