Michel Therrien se confie avec émotion et vérité

Par
Mise à jour le: septembre 5, 2017
(Crédit photo: Justin Gervais/Archives/LeForumHockey.com)

Texte par Olivier Maurice, Chroniqueur

TERREBONNE, QUÉBEC –Congédié à la Saint-Valentin, Michel Therrien a décidé de donner sa toute première entrevue exclusive au 91,9 Sports dans l’émission de Jean-Charles Lajoie mardi. 

Après avoir subi un revers gênant avant une semaine de congés, l’entraîneur-chef ne savait aucunement ce que lui réservait l’avenir. C’est alors que Marc Bergevin a réfléchi quelques jours avant de donner sa version des faits à Michel Therrien. Cette journée fut particulièrement difficile pour celui-ci. Voici les principaux commentaires qui ont retenu l’attention:

  1. «J’étais allé voir Jacques Demers cette journée-là, j’ai reçu l’appel de Marc en sortant de l’hôpital.»
  2. «Je ne me doutais de rien. On avait tous hâte au congé qui nous permettait de recharger les batteries.»

  3. «Tu es toujours déçu d’être congédié, on vit à 100 milles à l’heure et du jour au lendemain, tout se termine. »

  4. «Quand tu diriges, tu sais que tu as un certain temps. Ça faisait 5 ans dans un marché difficile.»

  5. «Si on avait été éliminés au 1er tour, une décision allait être prise, je ne croyais pas qu’elle arriverait comme ça.»

  6. «Le congédiement de Claude à Boston n’avait pas semé de doutes dans mon esprit.»

  7. «Je pars la tête haute, j’ai tout donné ce que j’avais à donner. J’aurais aimé continuer, mais je ne contrôle pas ça.»

  8. «Tu ne t’habitues jamais au congédiement. Tu en as pour une semaine ou un mois à reprendre un rythme de vie normal.»

  9. «Ça fait du bien de redevenir un père et un conjoint. Quand tu diriges une équipe, tu délaisses un peu tes proches.»

  10. «Je suis exigeant avec mes équipes. Je suis là pour «coacher», pas être leur meilleur chum!»

  11. «Qu’on te donne un Crosby, un Pacioretty ou un Byron, le but reste le même: obtenir le meilleur de tes joueurs.»

  12. «Le mois de septembre est un temps de l’année ou je suis habituellement occupé, ça fait différent cette année!»

  13. «Il faut être prêt quand une équipe appelle. Comme dirait Bob Hartley, quand tu fais du pouce, tu ne choisis pas ton char!»

  14. «On ne saura jamais si nous aurions gagné la Coupe en 2014 avec Carey. C’est mon plus grand regret.»

Michel Therrien a conclu la première partie de l’entrevue en rassurant les partisans. Sa relation avec Marc Bergevin n’est pas à risque, il le respecte toujours aussi bien. Il s’est dit déçu de voir Markov quitter, mais il est conscient que Bergevin a dû lui offrir un bon montant. La deuxième partie de cette entrevue vous sera présentée mercredi à 15h au 91,9 Sports.

You must be logged in to post a comment Login

Laisser un commentaire