Le destin de Pierre-Luc Dubois

Par
Mise à jour le: juin 23, 2016
(Crédit photo: Capture d’écran Youtube)

Texte par Daniel Marier, Chroniqueur

Dans mon autre texte, In Marc We Trust, je vous demandais si Marc Bergevin va repêcher Pierre-Luc Dubois en s’avançant au repêchage, via une transaction?

J’aimerais. Je ne suis pas sûr que ce serait une bonne affaire pour le jeune Dubois.

D’une part, le prix sera élevé pour avancer au repêchage. Personne ne voudrait ramasser un Plekanec, un Eller, un Emelin ou un Desharnais avec un autre choix pour obtenir un top 3 ou un top 5. Donneriez-vous un Pacioretty, un Gallagher, un McCarron, un Sherbak ou un Galchenyuk, avec le 9e choix, pour obtenir un top 3 ou un top 5?

D’autre part, imaginez la pression sur Pierre-Luc Dubois. Le dernier québécois d’origine choisi comme premier choix, en première ronde, par le CH, ayant significativement percé l’alignement des Glorieux est …… GUY LAFLEUR.

J’ai lu ceci dans un texte de Cyberpresse et j’étais estomaqué devant ce constat : Le repêchage est science inexacte. Le CH a repêché 11 joueurs québécois en première ronde depuis la sélection du Flower Power.

Notez que les joueurs suivants avec un astérisque ont été repêchés en première ronde par le CH, sans pour autant être le premier choix de ceux-ci lors de ces années. Ceci signifie donc que le CH a eu, dans ces années, un autre choix de première ronde avant de choisir, toujours en première ronde, un québécois, avec un second ou un troisième choix.

*1972 : Michel Larocque « Bunny », gardien — majoritairement comme auxiliaire

307 PJ, 160 victoires, avec plusieurs clubs.

*1974 : Mario Tremblay, joueur honnête et travailleur acharné, joueur d’énergie.

584 pts en 852 PJ avec le CH.

*1975 : Pierre Mondou, tragiquement blessé à un œil, joueur de finesse,

456 points en 548 parties avec le CH.

*1977 : Norm Dupont défenseur qui devait être un défenseur offensif.

140 points en 256 matchs avec plusieurs clubs.

1978 : Dan Geoffrion, fils de Boom Boom Geoffrion, petit-fils de Howie Morenz et père de Blake Geoffrion, ses faits saillants sont davantage génétiques que statistiques

52 points en 111 matchs, une saison de 46 avec les Jets et 6 pts avec le CH.

*1981 : Gilbert Delorme, bien connu pour ses disques de conditionnement physique et son travail à l’antichambre. Il devait être le Sheldon Souray de l’époque.

123 points en 541 matchs avec plusieurs équipes dont Mtl et Qc.

1982 : Alain Héroux, devait être un power forward. S’est blessé et ne s’est pas adapté.

Aucun match dans la grande ligue.

1985 : Jose Charbonneau, attaquant avec un fort lancer et une belle vision.

22 pts en 71 matchs. À trainer sa bosse partout, même avec le Thunder Las Vegas de la défunte Ligue Internationale de Hockey, nouvelle terre d’accueil de la LNH.

1988 : Éric Charron, défenseur fiable et efficace.

9 points en 130 matchs dans plusieurs équipes.

Dix ans plus tard, 1998 : Éric Chouinard (à la place de Simon Gagné, on parlait de science inexacte plutôt). Forward power avec tir dévastateur. 22 points en 90 matchs avec plusieurs clubs. Si vous passez par Grenoble en France, allez le voir jouer, il y était encore cette année.

Onze ans plus tard, 2009 : Louis Leblanc, Joueur de finesse.

10 points en 50 matchs, joue à Lausanne en Suisse.

Le papier de Cyberpresse que je cite dans cet article (désolé je n’ai pas retrouvé le lien pour citer le journaliste) est très précis. Le dernier premier choix « OVERALL » de première ronde du CH ayant percé l’alignement est Guy Lafleur, il y a 45 ans. Depuis, il y a une suite de mauvais souvenirs. Dubois, s’il est repêché par le CH, est condamné à réussir pour éviter les comparaisons avec les Dan Geoffrion, Alain Héroux, Jose Charbonneau, Éric Charron, Éric Chouinard et Louis Leblanc…..

Cela est un lourd héritage et une grande pression à placer sur un jeune québécois. Mais en même temps, nous serions tous heureux de vibrer devant nos Canadiens, sur des jeux finement orchestrés par un jeune de chez nous. Les prochaines heures seront intéressantes.

En terminant, si le CH demeure au 9e rang de l’encan de vendredi soir, quelque temps dans la soirée, Marc Bergevin et/ou Trevor Timmins nommeront un futur CH plein de promesses. La cuvée est très bonne cette année et le top 5 semble plutôt exceptionnel selon les experts.

À suivre….

You must be logged in to post a comment Login

Laisser un commentaire